A la une

Imprimer
Nov
19

Après le choc, il convient de réagir avec une froide et totale détermination

Intervention de Jean-Christophe Lagarde, Porte-parole et président de l'UDI, lors de l'examen du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et renforçant l'efficacité de ses dispositions.

JC Lagarde 19nov2015 AN redim

"Monsieur le Président,
Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et messieurs les ministres,
Mes chers collègues,

Depuis près d’une semaine, les français sont meurtris par la seconde série d’attentats que notre pays vient de subir en 10 mois. Le choc est si profond, brutal,  inquiétant que nos concitoyens sont partagés entre la douleur, la colère et l’exigence. La douleur nous la partageons tous. La colère, elle est tournée vers les barbares qui nous font la guerre. L’exigence s’adresse à nous représentants de notre Nation dans l’épreuve. Aussi il nous appartient de surmonter au plus vite nos émotions, de garder notre sang-froid pour réfléchir, débattre et agir avec une froide et totale détermination afin que tout soit mis en œuvre pour éviter de tels drames à l’avenir.
En tant que parlementaires, élus locaux et responsables politiques, nous avons la responsabilité d’être unis dans l’épreuve. L’épreuve que nous traversons n’efface rien de nos différences, de nos divergences face aux autres défis que notre pays doit relever. Elle n’enlève en rien le droit de débattre, même avec vigueur, dans les autres domaines de notre vie publique. Au contraire même, c’est au nom de ce droit de débattre d’être différents, d’être en désaccord tout en acceptant de vivre et de décider ensemble que nous devons mener le combat commun contre ceux qui voudraient briser notre démocratie et les valeurs humanistes qu’elle porte. Dans ces circonstances, seuls notre raison, l’amour de notre pays et les valeurs que nous partageons doivent nous guider dans notre impérieuse mission.
Si nous nous divisons, nous diviserons les Français. Dans la guerre qu’ils nous livrent, c’est d’ailleurs le principal objectif de Daesh : nous frapper en plein cœur pour importer chez nous la peur, la colère et la haine, puis faire en sorte que nous les déportions sur nos propres compatriotes en prétextant les cultures, les origines, les religions et les communautés (...)
Lire la suite

 

Une impérieuse nécessité, la lutte contre les déficits !

Le redressement des comptes publics est en cours mais il ne pourra venir que de réformes ambitieuses et pérennes.  Ces trente dernières années, trop souvent, nous avons fait les choix de la facilité, travailler toujours moins, déresponsabiliser toujours plus, excuser toujours tout, dépenser toujours davantage.

Augmenter les impôts n’est pas la solution, pas plus que de recourir à l’endettement car très rapidement c’est la France qui va s’appauvrir. Nous n’avons plus le droit de laisser à notre jeunesse la facture de notre laisser-aller.