A la une

Imprimer
Mar
09

Discussions U.E. - Turquie : pas d'accords possibles dans le renoncement à nos valeurs

QAG 9mars2016 FR Turquie UE

J'ai interpellé le Gouvernement ce mercredi à l'Assemblée nationale, après le sommet extraordinaire sur les réfugiés de lundi entre l'Union européenne et la Turquie, sur les perspectives d'accords en vue d'une adhésion.

"Ce sommet a acté un triple renoncement, d’une gravité sans précédent :
 - Celui d’une Europe qui renonce au droit d’asile en refoulant les migrants, faute d’avoir su s’accorder sur une politique migratoire et sécuritaire commune ;
- Celui d’une Europe qui marchande la relance du processus d’adhésion en échange d’un rempart illusoire contre les victimes de conflits que nous n'avons pas su gérer.
- Celui d’une France dont le silence est coupable ;
Ce triple renoncement est d’autant plus grave que le régime de Monsieur ERDOGAN est en train de fouler au pied l'état de droit et les principes même de la démocratie. Désormais, il piétine la liberté de la presse, puisqu’il vient de mettre sous tutelle deux journaux.
Sur de telles bases, l'Europe n'a pas à négocier.

Nouvelle image Notre groupe s'est toujours opposé résolument à l'entrée de la Turquie dans l'UE. Et aujourd'hui, c'est la relance du processus d’adhésion qui nous est imposé.
La régulation des flux migratoires passe par le développement d'une véritable politique européenne de voisinage et la mise en œuvre d'accords de coopération plus étroits.
Nous devons également poser les jalons d’une politique d’asile commune.
L’Europe ne doit pas renoncer à ses valeurs, bien au contraire, elle doit, plus que jamais, les affirmer haut et fort.
Monsieur le Premier ministre, 
La France doit enfin faire entendre sa voix et demander expressément l’arrêt des négociations relatives à l’adhésion de la Turquie  à l’Union européenne."

 

Une impérieuse nécessité, la lutte contre les déficits !

Le redressement des comptes publics est en cours mais il ne pourra venir que de réformes ambitieuses et pérennes.  Ces trente dernières années, trop souvent, nous avons fait les choix de la facilité, travailler toujours moins, déresponsabiliser toujours plus, excuser toujours tout, dépenser toujours davantage.

Augmenter les impôts n’est pas la solution, pas plus que de recourir à l’endettement car très rapidement c’est la France qui va s’appauvrir. Nous n’avons plus le droit de laisser à notre jeunesse la facture de notre laisser-aller.