Imprimer
Avr
10

Veut-on tuer le foot professionnel ?

L'annonce du président de la République, concernant l'institution d'un taux de prélèvement à hauteur de 75 % appliqués aux plus hauts revenus, à la charge des entreprises, condamne irrémédiablement un certain nombre d'activités économiques en France, et également le football professionnel.

Qu'un slogan de campagne puisse servir de vecteur à la politique actuelle de M. Hollande, c'est à l'évidence le signe d'une gestion réduite à l'affichage de mesures toutes symboliques. Cette mesure difficilement concevable en période d'euphorie, sera en période d'austérité une décision aussi lourde de conséquences qu'irréaliste.

Imprimer
Avr
07

L'affaire CAHUZAC, seul compte l'intérêt de la France

"L'affaire CAHUZAC est désormais une affaire d'Etat. Dans ces circonstances très préoccupantes, où le Gouvernement de notre pays est fragilisé, il convient de faire preuve de retenue, tout excès de communication ne pouvant que desservir la cause de la Justice et de la Démocratie.

Pour ma part, je ne me réjouis jamais du malheur des autres. La Justice doit faire son travail en toute indépendance. Il appartient au Président de la République de prendre les décisions qui s'imposent. Le Gouvernement va sortir si affaibli de cette épreuve, qu'un changement d'équipe ministérielle est sans doute devenu inévitable.

Ici, seul compte l'intérêt de la France. "

Imprimer
Mar
09

Animer c'est bien, mais cela ne règle en rien les vrais problèmes

Coup de gueule !

"Si la municipalité ne manque jamais une occasion de communiquer sur un projet d'animation ou de faire la promotion de tel ou tel loisir, par contre elle semble incapable de gérer les problèmes vécus au quotidien par les Saint-Chamonaises et les Saint-Chamonais.
Régulièrement, je suis sollicité quant aux problèmes que vivent les habitants et le manque d'écoute qu'ils ressentent.
Saint-Chamonais de toujours, je souffre aujourd'hui de voir la situation se dégrader jour après jour.
Il est inadmissible qu'en pleine journée, un couple de paisibles retraités se fasse agresser en centre ville sans que cela ne suscite de réactions. Le "vivre ensemble" ne se  décrète pas par un slogan mais doit se traduire par des actions.
Aujourd'hui la sécurité publique n'est plus assurée par manque de fermeté et un refus dogmatique de la video-protection. Les services de police doivent être soutenus et confortés.
Il en va de la cohésion sociale de notre ville."

Imprimer
Fév
14

Les rythmes scolaires

Les rythmes scolaires - François ROCHEBLOINE

 

Le débat sur les rythmes scolaires a incontestablement pris une nouvelle tournure après le réel succès enregistré par le mouvement de contestation des enseignants du primaire à l'égard du projet Peillon.

Puisque chacun admet que c’est d'abord l’intérêt des enfants qui doit primer, on aurait pu s'attendre à ce que la réforme soit admise facilement. Le défaut du système actuel est connu : des journées trop chargées en heures de cours et trop peu de jour¬nées de classe dans l'année. Ainsi, l'idée d'un réaménagement du temps scolaire aurait du faire consensus.

Mais nous voici face à une situation de blocage, dont la responsabilité incombe entièrement au Gouvernement.

Imprimer
Jan
10

Mariage et adoption aux couples de même sexe

Une majorité de parlementaires UDI contre le projet de loi ouvrant le mariage

et l’adoption aux couples de même sexe.

De nombreux parlementaires UDI seront mobilisés le 13 janvier prochain pour manifester contre la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Ils s’associent au mot d’ordre des organisateurs réclamant : « le retrait du Projet de Loi, l’organisation d’Etats Généraux de la Famille, voire l’organisation d’un référendum sur le sujet ».

Imprimer
Déc
21

Groupe d'études sur la formation alternée en milieu rural

"François ROCHEBLOINE a obtenu du Bureau de l'Assemblée nationale, la reconstitution du groupe d'études sur la formation alternée en milieu rural, dont il va assurer la présidence durant la législature.

Imprimer
Nov
27

CFE : retour à la raison par la loi

Au lendemain du vote par le Sénat, d'un amendement au projet de loi de finances pour 2013, autorisant les collectivités territoriales à re-délibérer sur le dossier de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour corriger une situation profondément choquante, on peut ainsi se réjouir de la prise de conscience - même tardive- des sénateurs sur un problème fiscal pour le moins anormal. Nombre de sénateurs sont en effet à la tête de collectivités territoriales et ils ont eux-mêmes parfois voté des augmentations de CFE incroyables.

L'erreur est humaine.

Mais de là à faire porter toute la faute sur la réforme de la taxe professionnelle, comme nous l'entendons ici ou là avec insistance, il y a un pas à ne pas franchir. Il faut savoir assumer ses erreurs et dire la vérité. Nos concitoyens attendent cela de leurs élus.

Sur un plan législatif, tout n'est toutefois pas encore réglé. Logiquement une solution doit être trouvée dans les jours qui viennent, et là j'observe qu'un consensus se forme pour régler le problème pour 2012 et mettre en place un dispositif destiné à encadrer les collectivités territoriales à partir de 2013. Avec mon groupe parlementaire, l'UDI, nous déposons plusieurs amendements en ce sens.